"Les Potelets"







Poême illustré

Immobiles sur un trottoir
Deux potelets ne cessent de se voir.

Intimidés par la foule urbaine,
Les gens qui vont et viennent,

Ils attendent que la nuit tombe
Pour se révéler leur ombre.

Avant de se coucher,
Le Soleil allume les rues
Afin que ces potelets se mettent à nu.

Les ombres de leurs âmes
S'embrassent alors sur le macadam,
Allongées par la lumière
Complice des réverbères.

Avant de se coucher,
La Lune éteint les rues,
Afin que ces potelets se mettent à vue.

Inspiré de ces deux potelets.
60 rue Auguste Comte, Lyon.